mue

Moyen format argentique

Ce travail parle de la mue, du bouleversement créé par un changement d’état, d’une Chrysalide qu’on abandonne dans un mouvement de croissance intérieure.

Vêtement abandonné dans la forêt par une personne qui veut changer de peau. L’habit à un fort pouvoir identitaire. J’ai choisi de travailler autour de l’abandon symbolique de ce dernier pour évoquer le travail qui s’opère quand, dans un point de sa vie, on ne veut/peut plus jouer le rôle dans lequel on est.
La forêt comme matrice de vie, lieu de toutes les mutations adaptatives, lieu de mystère.

Chaque prise de vue a été faite sur une grande respiration l’appareil photo posé sur la poitrine dans un long temps de pose. Ainsi je fais rentrer l’expression du temps, et les chaos provoqués par la mue.