sisyphe

Cette série est directement sortie de mon expérience de mère: gérer le quotidien et le désordre submergeant.
Série sur l’aliénation de toujours remettre en ordre le logis, sans pouvoir entrevoir une fin. Tous les jours il faut recommencer, d’où le titre. Il n’y a pas d’échappatoire possible aussi longtemps que dure notre existence. Pas de point final, ou alors temporairement, mais très temporairement seulement.
Mais pourquoi, bon sang, a-t-on besoin de cet ordre ?
Pourquoi reste-on asservi à ce besoin de vivre dans un endroit rangé ?
Est-ce un acte de discipline ? De maîtrise de sa vie ?
– Oh non, pas de laisser aller, mesdames et messieurs ! Restez dignes !
Pourquoi le désordre est-il désagréable ?
Certes, la notion d’ordre est subjective et chacun à la sienne, mais il n’empêche que l’on y est tous confrontés.
Une chambre rangée repose l’esprit, alors que le foutoir peut s’avérer oppressant.
Alors tel Sisyphe, nous continuons notre tâche. Nous déplaçons, réordonnons,  remettons, changeons de place, des choses, des trucs et des machins.
Il y a un côté absurde à cela, d’autant plus que la vie est courte et qu’il y a tant de choses plus passionnantes à faire.
J’ai voulu par ces petits ensembles mettre en images de manière ludique ces actes du quotidien, qui se répètent, du désordre à l’ordre.
Qu’est ce que l’ordre ? A quoi renvoie le désordre ? Mais à cela je vous laisse le soin de répondre.